51Y9EMJ3YVL

"À la grande fresque romanesque de l'Histoire de France que peint l'œuvre de Michel Peyramaure – de Vercingétorix à Jeanne d'Arc, d’Henri IV à Napoléon, de la Révolution à la fin du XIXe siècle –, manquait le Grand Siècle. Entreprise périlleuse si l'on veut mettre Louis XIV seul au premier plan. Michel Peyramaure a choisi de faire revivre cette époque à travers les femmes que le Roi a aimées. Il n'y a rien de plus romanesque que cette histoire-là.

Dans l'ombre d’une femme exceptionnelle, Mme de Maintenon, le narrateur observe les intrigues et les passions de la cour.
Michel Peyramaure a besoin d’un témoin. C'est Nicolas Chabert, jeune homme intelligent et secrètement ambitieux, que les hasards des rues de Paris mettent en rapport avec Paul Scarron, l'illustre auteur du Roman comique, et donc avec Françoise d'Aubigné, son épouse. En s'attachant au destin de celle qui sera Mme de Maintenon, il découvre tous les secrets de la cour – toute cette tragicomédie d'ombres et de lumières qui se joue dans les coulisses et sur le théâtre de Versailles. Il voit passer les grandes favorites : Marie Mancini, Louise de Lavallière, Mme de Montespan, Mlle de Fontanges – et disparaître selon la fantaisie du Roi. Seule, discrète, obstinée, Françoise d'Aubigné, devenue duchesse de Maintenon, creuse son sillon dans cette folle société. Jusqu'à devenir l'épouse du Roi." amazon.fr

J'ai découvert M. Peyramaure il y a peu et je l'apprécie de plus en plus.
Dans cet ouvrage, il nous fait vivre le siècle de Louis XIV à travers le regard d'un jeune homme sans fortune, sans avenir, sans réseaux...
Nicolas était un jeune chanteur mais voilà que sa voix a mué et qu'il est remercié. Il se retrouve littéralement à la rue, sans un écu. Il va voir la vraie vie des parisiens, la dureté de ce monde où chacun se bat pour survivre. Heureusement pour lui, il a étudié le latin et le grec. Il va se faire employer dans une imprimerie. Par son travail, il va cotoyer des intellectuels et notamment Scarron.
Il va commencer à fréquenter les cercles littéraires et va rencontrer la femme qui va changer sa vie Françoise Scarron. Il en est secrétement amoureux, mais pour ne pas gacher leur amitié, il ne tentera rien. 
Il va être un de ses amis fidèles que ce soit dans les moments difficiles après la mort du poète et dans les moments heureux à la Cour.
Elle ve même lui demander d'être son secrétaire particulier.
Il va passer de l'autre côté du miroir.
il va voir ce qu'est la Cour de Louis XIV avec ses amourettes, ses intrigues, sa politique, ses jalousies...
Il restera un fidèle de la Maintenon tout en gardant sur elle un oeil critique ! 

J'ai vraiment aimé ce livre car pour l'instant c'est un des seuls qui montre aussi le côté sombre de la Cour de Louis XIV. Il n'hésite pas à critiquer ce roi qui dépensait des fortunes en bijoux pour ses maîtresses et en pierre pour ses châteaux. Il fait d'ailleurs un beau parallèle entre les français qui crevaient de faim et le gaspillage fait à la Cour.
Il est également pas mal critique sur les moeurs assez dissolues de la Cour. Il en prendra d'ailleurs bien sa part. Il va accumuler les amourettes tout en étant farouchement attaché à son condition de célibataire. D'ailleurs quand il décidera de se marier, il sera vite trompé par son épouse. Un peu comme s'il savait déjà qu'un couple ne pouvait rester fidèle, que c'était une évidence que tout le monde se trompait. 
J'ai également apprécié le fait que malgré l'amitié que porte le héros à Mme de Maintenon, il n'hésite pas à être très critique. Il lui en voudra notamment d'avoir poussé le roi à édicter la Révocation de l'Edit de Nantes. Il lui reproche les querelles religieuses qui s'en suivent dans le royaume. Il aura du mal également à supporter son changement de comportement après son mariage royal. 

Cela fait du bien de lire un livre qui ne montre par que les ors de la Cour. Avec M. Peyramaure, on sent déjà poindre les malheurs qu'engendreront cet absolutisme, cette noblesse décadante. 

 

Lu dans le cadre du challenge 

78569229_p