415ZQ7TDM0L

 

Je souhaitais lire une biographie de Louis XIII car dans la plupart des ouvrages que j'ai lu sur Louis XIV ou Anne d'Autriche, il avait une piètre image. Un mari froid, un père distant.
Cet ouvrage m'a permis d'en savoir plus !  Il est très intéressant car bien qu'il garde une trame chronologique, il est également scindé en parties thématiques : les plaisirs, la santé, les favorites, les favoris, l'épouse, la mère, les frères et soeurs ...

Ce livre m'a présenté un roi humain doux, mais triste.
Ce fut un enfant qui aimait énormément son père et avait beaucoup de mal à vivre loin de ce dernier. Il faisait tout pour faire plaisir à Henri IV. Son père le lui rendait bien. Il adorait son fils. Il arrivait souvent que le Vert Galant fasse chercher ses enfants pour qu'ils viennent dormir avec lui. L'assassinat de son père fut pour lui une véritable souffrance. Car d'une part, ce n'est jamais facile de perdre un parent si jeune et d'autre part, il devenait roi.
Mais surtout, il se retrouvait seul avec une mère qui ne l'avait jamais vraiment aimé. Elle lui a toujours préféré son frère Gaston. Durant la régence, elle fera d'ailleurs tout pour ne laisser aucun pouvoir à Louis XIII. Il vivra très mal cette situation et ne s'en libèrera qu'avec la destitution de sa mère, le départ de cette dernière, mais surtout le meurtre de Concini, le favori de sa mère.

C'était un homme très intelligent et brillant, plus que ne le fut surement son fils Louis XIV. Il adorait apprendre et avait des facilités.
Il étaiit très famille, il adorait ses frères et soeurs légitimes. Il en prenait soin avec une grande attention. Dès que sa mère accouchait, il accourait pour rencontrer le nouveau né. Il fut par contre beaucoup moins tendre avec ses frères et soeurs bâtards. Dès son plus jeune âge, il savait dèjà faire la différence entre les bâtards et les légitimes. On ne peut pas dire qu'il avait de la haine contre eux, mais il ne se cachait pas du peu d'intérêt qu'ils avaient pour eux. D'ailleurs ces derniers le lui rendront bien quelques années plus tard.
Comme je l'ai dit plus haut, sa mère ne l'aimait que moyennenement. Il a eu la chance de trouver en la reine Margot une maman de substitution. D'ailleurs il lui donnera le titre de Maman. Elle le considèrera comme son fils et lui léguera tous ses biens.
C'était un jeune homme très mélomane. Il adorait écouter et jouer de la musique dès son plus jeune âge. Il adorait également les animaux à tel point ques les cours étrangères lui en offraient chaque année.

Mais surtout ce fut un dauphin et un roi passionnait de chasse et de batailles. Comme l'on dit la plupart des historiens, ce fut le dernier vrai roi guerrier. Il adorait mener des batailles. Son goût des armes s'est retrouvé dans la chasse, son grand plaisir. Il y allait dès qu'il pouvait. Versailles était d'ailleurs son pavillon de chasse, avant que son fils n'en fasse un palais somptueux.
C'est d'ailleurs lui qui gagna le Roussillon, chose que son fils va entériner avec le Traité des Pyrénées.
C'est aussi un roi qui avait conscience qu'il devait être épaulé dans sa tâche par une sorte de Premier Ministre : Richelieu, puis Mazarin. Mais tout en gardant une haute estime de sa qualité de roi

C'est un enfant qui fut très tôt au fait des choses sexuelles. En effet, la cour du Vert Galant était loin d'être prude. Grâce au journal de son médecin personnel, on sait que le jeune Dauphin savait ce qu'était les attributs sexuels qu'ils soient féminins ou masculins. Il se vantait d'avoir déjà vu ceux de ses nourrices et de ses soeurs. D'ailleurs comme je l'ai dit plus haut, Henri IV avait l'habitude de dormir nu avec ses enfants. Des choses qui de nos jours enverraient des pères en prison.
Mais Louis XIII ne fut pas un roi porté sur les choses sexuelles. Il eut deux favorites de coeur, mais il n'osa jamais passé le pas. Il avait une forte attirance pour elles Marie de Hautefort et Angélique de La fayette, mais jamais il n'osa franchir le pas. Il eut aussi des favoris comme de Breynes et Cinq-Mars. Beaucoup de contemporains et d'historiens pensent que Louis XIII était un homosexuel latent, qui n'osa jamais franchir le pas. Chevallier ne confirme pas l'homosexualité, mais laisse planer le doute. Pour lui, cela serait peut-être cela qui a fait que le Roi a toujours eu des problèmes avec l'acte sexuel.
Ce fut également le cas avec la reine Anne.
Leur mariage n'a été vraiment consommé que 4 ans plus tard, ce qui est bien long !

Concernant son mariage, l'idée même d'un mariage avec une espagnole était pour lui insupportable. C'était l'ennemi ! Il criait partout qu'il ne la toucherait jamais ! Mais quand il l'a rencontra, il en fut tout autre. Les premières années furent une véritable lune de miel. Malheureusement, il n'a pas supporté de la voir continuer à correspondre avec son pays. Pour lui, c'était une trahison !  Puis Richelieu joua un grand rôle dans la séparation des époux. Il ne supportait pas la reine. Ils continuaient quand même avoir des relations car la reine connut plusieurs fausses couches. Mais ces tentatives n'ont font que renforcer le fossé.

C'est un roi qui pensait plus au bien être de son  peuple qu'au sien propre. Il était économe. D'ailleurs, pour son enterrement, il avait prévu de faire les choses en petit pour ne pas dépenser à outrance.

C'est un homme qui a souffert dans sa chair depuis son enfance. Il n'a cessé d'avoir des ennuis intestinaux qui lui ont pourri la vie. Il en mourra d'ailleurs. Ses ennuis de santé ont joué sur son humeur qui de joyeuse durant son enfance et devenue triste dans l'âge adulte.On a d'ailleurs le témoignage de son médecin qui décrit ses moments difficiles. Il passait de moments de diarrhées violentes à des jours de fortes constipations douloureuses.

J'ai trouvé la conclusion de l'ouvrage très forte. L'auteur indique que Louis XIII fut le dernier roi a être réellement pleuré par ses sujets. Louis XIV étant pleuré dans le soulagement par son peuple, Louis XV dans l'indifférence... Il n'a pas volé son titre de Louis Le Sage.

 

Lu dans le cadre du challenge 

78569229_p